actualite-thumbnail

Quelle est la vérité sur les prothèses mammaires?


Une nouvelle agitation médiatique s’est fait jour cette fin d’année 2018 sur les prothèses mammaires. Si bien qu’il est important de redéfinir la vérité scientifique sur le sujet des prothèses mammaires. C’est ce que nous avons essayé de faire avec un Questions/Réponses très précis sur ce sujet, consultable facilement sur notre site internet.

 

Les prothèses mammaires sont régulièrement soumises à des scandales médiatiques ; sans doute parce qu’il s’agit encore d’un sujet tabou dans notre société, qui suscite beaucoup d’interrogations et de fantasmes. Il nous a paru important de préciser la vérité scientifique sur ce sujet.

 

En effet, c’est comme si une malédiction touchait cette prothèse mammaire, censée réparer les erreurs esthétiques de la nature, ou les séquelles liées à une chirurgie. Pourtant les résultats sont habituellement bons, très bons, voire excellents, lorsque le chirurgien est compétent. Le sujet des prothèses mammaires paie un lourd tribut aux scandales médiatiques. Au début des années 90, une première polémique avait fait jour, qui avait attaqué les prothèses mammaires les accusant de donner des maladies auto-immunes. Il s’agissait d’une vraie « fake-new» (comme on dit aujourd’hui, avec les nombreuses fausses informations qui trainent sur le net) qui avait longtemps jeté la suspicion sur l’augmentation mammaire par prothèses. Toutes les études scientifiques ont ensuite montré que cela n’était pas scientifiquement vrai, et que le taux de maladies auto-immunes était exactement le même que celui de la population non implantée (cela peut être expliqué par le fait que lorsque l’on a un problème ou une maladie, on a tendance a cherché une cause ou un responsable, même s’il n’y en a pas de connu). En 2010 est apparue, l’affaire des prothèses PIP, qui était cette fois-ci une vraie malversation dans la fabrication, dans la mesure où le fabricant avait remplacé le gel de silicone par des produits non homologués, ce qui pouvait induire des ruptures prématurées des prothèses. Enfin, depuis quelques semaines, une nouvelle agitation médiatique est à nouveau apparue dans la presse et les médias, concernant les lymphomes à grandes cellules associés aux prothèses mammaires. Ici, il ne s’agit pas d’une fausse information mais d’une agitation médiatique tentant de faire croire que l’on cachait quelque-chose, et qu’il s’agirait d’un phénomène nouveau, alors que cette affection très exceptionnelle est bien connue des médecins et des chirurgiens, et bien répertoriée dans la littérature médicale. Nous avons d’ailleurs présenté à plusieurs reprises des communications faisant le point sur ce sujet, à la SOFCPRE, à la SOFCEP, et au congrès Paris-Breast (Cf chapitre activité scientifique : le sous-chapitre « communications sur invitation »). Il convient donc de remettre de l’ordre et de la vérité scientifique dans ce domaine de l’augmentation mammaire par prothèses.

 

C’est pourquoi nous avons écrit un «Questions/réponses» très précis sur toutes les questions que les patientes se posent avant augmentation mammaire, ou après augmentation mammaire pour les patientes déjà implantées et ayant été inquiétées par les médias. Vous pouvez retrouver ce «Questions/réponses» sur notre site.

 

Cette information très précise permettra, nous l’espérons, d’informer les patientes avec une information fiable et validée, et de rassurer les patientes, et de permettre, à celles qui en ont besoin, de bénéficier des prothèses mammaires, qui représentent une technique très utile et très efficace, que ce soit en chirurgie d’augmentation à visée esthétique et morphologique, et également en reconstruction mammaire après mastectomie.

 

Nous espérons que ce «Questions /Réponses» très précis permettra de réhabiliter les prothèses mammaires qui rendent un grand service aux patientes, avec un rapport bénéfices/risques très favorable.

Docteur Emmanuel Delay

Le Docteur Emmanuel DELAY (Dr ED, Lyon) est chirurgien plasticien à Lyon. Il a été formé en France à Lyon (au CHU de Lyon Il est Ancien Interne des Hôpitaux de Lyon, ancien Chef de Clinique Assistant des Hôpitaux de Lyon, à l’Hôpital St-Luc, et au Centre Léon Bérard), à Toulouse (CHU Rangueil), en Belgique à Bruxelles (service Pr M LEJOUR), et aux ETATS UNIS, notamment à l’Emory University d’Atlanta (Pr J. BOSTWICK, Pr F NAHAI).