Augmentation Mammaire par Acide Hyaluronique

L’Acide Hyaluronique est un produit largement utilisé en médecine esthétique de la face pour combler des rides, ou redonner du volume à la pommette avec des résultats intéressants.

Par analogie, certains ont proposé l’utilisation de ce produit pour réaliser une augmentation modérée du volume mammaire.

Nous n’utilisons pas actuellement l’Acide Hyaluronique en augmentation mammaire pour plusieurs raisons :
– Tout d’abord du fait d’une efficacité modérée (augmentation très modérée du volume mammaire) et surtout d’une efficacité transitoire ( perte d’environ la moitié du volume à un an), tout ceci pour un coût relativement élevé.

– La deuxième raison est que le caractère radio-opâque de l’Acide Hyaluronique peut gêner la surveillance radiologique du sein et gêner le dépistage du cancer du sein. Lors d’un congrès que nous avons organisé le 27 mars 2010 à Lyon sur « Imagerie du sein et Chirurgie Plastique », il a été montré des images impressionnantes après injection d’Acide Hyaluronique au niveau mammaire, avec notamment des perturbations mammographiques, échographiques et IRM, qui pourraient potentiellement occulter et rendre difficile le diagnostic d’un cancer du sein.

– La troisième raison est l’éventuelle toxicité du produit au niveau de la glande mammaire. En effet l’Acide Hyaluronique utilisé au niveau de la glande mammaire contient du BDDE qui est un facteur assurant la réticulation de l’Acide Hyaluronique, et ce facteur est classé dans les produits potentiellement cancérigènes. Bien qu’il soit en petite quantité, son injection près de la glande mammaire nécessite des études complémentaires pour affirmer son innocuité. Il convient donc d’acquérir la certitude de l’innocuité de ce produit avant d’injecter ce produit près de la glande mammaire, sachant le risque élevé spontané de cancer au niveau du sein.

– Enfin les dernières raisons sont d’ordre technique. En effet il est recommandé par les promoteurs de la technique d’injecter l’Acide Hyaluronique dans l’espace rétro-glandulaire, c’est-à-dire dans le plan situé en arrière de la glande mammaire et en avant du plan musculo-aponévrotique. D’un point de vue pratique, il nous paraît délicat de nous engager à pouvoir toujours injecter la totalité du produit strictement dans cet espace rétro-glandulaire. Et d’autre part, cette injection réalisée essentiellement dans l’espace rétro-glandulaire semble entraîner un pourcentage élevé de réaction fibreuse altérant la souplesse des zones traitées, en donnant des aspects de mini-coques, c’est-à-dire des zones fermes et irrégulières à la palpation.

En pratique, il convient actuellement de rester prudent et d’éviter de réaliser des augmentations mammaires avec ce produit. Il est nécessaire que des études complémentaires soient réalisées pour affiner la technique de mise en place, pour étudier le retentissement radiologique de l’Acide Hyaluronique sur l’imagerie du sein, et enfin pour affirmer l’innocuité de ce produit pour le sein.

 

Actualités