Chirurgie esthétique des seins tombants : cure de ptose du sein

Les seins tombants, ou seins ptosés, sont des seins ayant subi un affaissement suite à un amaigrissement important, suite aux grossesses et à la maternité, ou tout simplement du fait du vieillissement. Ce phénomène peut être présent d’emblée chez la jeune fille ; dans ce cas là, la ptose est souvent conformationnelle ou familiale. Cette chute des seins peut être responsable d’une véritable disgrâce esthétique se caractérisant par un aspect triste et en « gant de toilette » du sein. Le traitement chirurgical de la ptose permettra de redonner un aspect plus jeune et mieux galbé à la poitrine au prix de cicatrices sur les seins.

Un joli sein, ou un beau sein, dépend de l’équilibre qui existe entre le contenant (la peau) et le contenu (graisse et tissu glandulaire). La ptose naît d’un déséquilibre entre contenu et contenant. On distingue plusieurs cas de ptose en fonction du tissu atteint : peau, glande mammaire ou les deux. La ptose peut concerner aussi bien un sein de gros comme de petit volume.
Pour les seins hypertrophiques, la ptose est liée à l’incapacité de la peau à maintenir la glande en position à cause de son poids élevé. Il en résulte une chute des seins par étirement de la peau. Dans le cas d’amaigrissements importants, ou suite à des grossesses, la fonte du volume mammaire associée à une insuffisance de redrapage de la peau (par manque d’élasticité) entraîne une ptose des seins. Le mécanisme de la ptose peut être mixte lorsqu’il est lié à l’âge, c’est-à-dire lorsqu’il associe une fonte glandulaire et une perte de l’élasticité cutanée.

Dans tous les cas, le seul moyen de remonter les seins et de leur donner un aspect mieux galbé est la réalisation d’une plastie mammaire.
Parfois, la ptose est associée à une insuffisance de volume marquée ; il peut être souhaitable dans ce cas de mettre en place, dans le même temps opératoire, une prothèse mammaire (cure de ptôse-augmentation) ou de combiner avec l’apport de graisse (cure de ptôse- lipomodelage du sein).

Une mammographie et une échographie pré-opératoires sont souvent préférables. De même, il est souhaitable de réaliser une mammographie de référence un an après l’intervention.

Le principe de l’intervention réside dans le repositionnement des seins en enlevant l’excédent de peau et en modelant la glande. Différentes techniques sont possibles ; le chirurgien adaptera donc ses moyens à chaque cas. En fonction de l’indication et de l’importance de la ptose, les cicatrices seront au minimum situées autour de l’aréole mais le plus souvent, on retrouve associée à celles-ci une cicatrice verticale ou en « T inversé » avec une cicatrice supplémentaire placée dans le sillon sous-mammaire. L’intervention de plastie mammaire pour cure de ptose est très proche de l’intervention de réduction mammaire mais elle n’est pas prise en charge par l’assurance maladie.
Fréquemment, on observe la survenue postopératoire d’un œdème (gonflement) et d’ecchymoses (bleus). Ces phénomènes sont tout à fait normaux. Comme pour la réduction mammaire, le port d’un soutien-gorge de maintien est préconisé pendant 1 mois

Ce n’est qu’à partir d’un an que le résultat est considéré comme stable. C’est à ce moment-là que les seins auront pris leur forme définitive avec un aspect rajeuni, mieux galbé et plus harmonieux, mieux en harmonie avec la patiente. Les cicatrices sont le prix à payer pour « redonner un coup de jeune » à sa poitrine, même si leur évolution est variable en fonction des individus.

Type d’anesthésie : anesthésie générale

Durée de l’hospitalisation : 1 à 2 jours

Patiente de 20 ans. Asymétrie mammaire, ptôse mammaire droite, et seins tubéreux. Cure de ptôse droite et lipomodelage gauche pour traiter l’hypotrophie mammaire. Résultat à 1 an de face et de ¾.

Patiente de 45 ans. Ptôse mammaire bilatérale simple. Cure de ptôse simple avec réalisation d’un lambeau glandulaire postérieur pour donner un bombé satisfaisant à la partie haute du sein.  Résultat à 1 an de face et de ¾.

Patiente de 22 ans. Asymétrie mammaire et ptôse mammaire droite (la patiente trouve son sein gauche parfait). Réduction de 450 g à droite. Réalisation d’un lambeau glandulaire postérieur pour donner un bombé satisfaisant à la partie haute du sein.  Résultat à 1 an de face et de ¾.

Patiente de 25 ans. Asymétrie mammaire et ptôse mammaire bilatérale. Réduction de 485 g à droite et de 215 g à gauche. Réalisation d’un lambeau glandulaire postérieur pour donner un bombé satisfaisant à la partie haute du sein.  Résultat à 1 an de face et de ¾.

Patiente de 45 ans. Ptôse mammaire bilatérale majeure suite à un amaigrissement important. Cure de ptôse avec réalisation d’un lambeau glandulaire postérieur pour donner un bombé satisfaisant à la partie haute du sein.  Résultat à 1 an de face et de ¾.

Actualités