Comment préparer ma consultation ?

La consultation est le point capital de la prise en charge, et ce temps ne doit pas être sous-estimé car il est essentiel pour la réussite de la suite. La consultation permettra de faire un diagnostic précis et de prévoir la conduite à tenir en vue d’obtenir le résultat adapté. Le Chirurgien Plasticien doit disposer de tous les éléments nécessaires pour avoir un avis juste et précis. C’est pourquoi nous vous demandons de prêter une attention particulière à la préparation de votre consultation.

Médecine esthétique

Le questionnaire, que l’on vous a adressé, doit être rempli avec beaucoup de soins. Il faut préciser notamment si vous prenez de l’aspirine, ou des anticoagulants qui pourraient favoriser les ecchymoses, et également favoriser une diffusion non souhaitée des produits injectés. Il faut également prendre un moment chez vous, face au miroir, en partant du haut vers le bas du visage, c’est-à-dire du front jusqu’au cou, préciser les zones qui vous ennuient et celles que vous souhaiteriez corriger. Le Chirurgien Plasticien pourra ainsi vous dire ce qui relève de la médecine esthétique, ou les zones qui ne peuvent pas être corrigées par la médecine esthétique, mais qui peuvent au contraire nécessiter une intervention chirurgicale pour obtenir le résultat escompté.  Il est important de signaler à votre Chirurgien Plasticien si vous avez eu des injections préalables, surtout de produits non résorbables. Ces produits ne doivent plus être être utilisés actuellement +++, mais ils l’ont été par certains dans le passé, et, si vous avez eu ce type d’injections, il y a un risque de développement d’un granulome (lorsqu’on injecte un produit résorbable, sur un produit non résorbable, on peut obtenir parfois des granulomes ; c’est pourquoi il est très important de signaler à votre chirurgien plasticien si vous avez eu de telles injections +++).

Rajeunissement facial (blépharoplasties, liftings)

Le questionnaire préopératoire, que l’on vous a adressé, doit être rempli avec beaucoup de soins notamment la prise d’aspirine, d’anti-inflammatoires ou d’anticoagulants, qui doit être prise en compte pour éviter la formation d’hématomes. De même, il est important de préciser vos antécédents chirurgicaux ou de médecine esthétique comme la mise en place de fils ou d’éventuelles injections, réalisées par un autre opérateur. En effet, le chirurgien plasticien va prévoir sa stratégie chirurgicale en fonction du visage qu’il examine en consultation : si ce visage n’a pas son volume de base, il faut bien le signaler au chirurgien, et il faudra probablement attendre quelques mois pour que les produits se soient résorbés, et que l’on soit revenu au volume de base, pour ne pas fausser l’évaluation pré- et peropératoires.

Pour préparer votre consultation, il est important que vous preniez un moment chez vous face à un miroir, en examinant votre visage du haut vers le bas, c’est-à-dire du front jusqu’à la région cervicale. Vous devez noter toutes les zones qui vous gênent afin de les signaler au chirurgien. En consultation, le chirurgien fera le même travail et vous demandera les zones qui vous gênent et, pour chaque zone, il pourra proposer une solution et vous signaler ce qui peut être corrigé par la chirurgie. Il pourra vous préciser également quel type de chirurgie sera nécessaire pour obtenir la correction souhaitée.

Augmentation mammaire

Avant la consultation d’augmentation mammaire, il faut bien remplir le questionnaire et le retourner au Dr DELAY.  Il est important de signaler vos antécédents personnels ou familiaux de lésion mammaire bénigne, ou de cancer du sein.

Pour préparer la consultation, il faut trouver un soutien-gorge en matière fine étirable, avec une bretelle partant du milieu du bonnet car, lors de la consultation, des prothèses seront mises en place pour un essai, il faut donc venir avec un soutien-gorge bonnet C en matière étirable, et venir avec un tee-shirt moulant de couleur claire. Le tee-shirt moulant et le soutien-gorge en matière étirable permettront un essai plus précis, lors de la consultation +++.

Vous pouvez également amener des photos de seins correspondants aux volumes que vous souhaiteriez, cela peut guider le chirurgien dans le choix de la taille en sachant que le plus important est l’essai face au miroir, car une photo est une autre personne, et le miroir vous donne le reflet de votre propre image. Vous devez également réfléchir à la réponse à trois questions :

  1. Pourquoi souhaitez-vous augmenter votre poitrine ?
  2. Quelle taille souhaitez-vous obtenir ?
  3. Si vous avez été enceinte, est ce que vos seins ont augmenté de volume ? et si cela a été le cas, avez–vous aimé cette augmentation de volume ?

Enfin, si vous avez eu une imagerie récente des seins (échographie et/ou mammographie), il faut l’apporter au chirurgien plasticien. Suivant l’âge de la patiente, il faudra en effet une imagerie récente des seins +++ (une échographie avant 30 ans, une échographie avec une incidence de mammographie entre 30 et 40 ans, et une mammographie-échographie après 40 ans). Votre médecin peut éventuellement vous prescrire ces examens, et vous pourrez apporter les résultats lors de la consultation avec le chirurgien plasticien.

Lipomodelage esthétique des seins

Le lipomodelage esthétique des seins est une augmentation « douce », limitée, et naturelle des seins. Vous pouvez lire le paragraphe précédent sur l’augmentation mammaire car il peut aider dans le choix à faire entre augmentation par prothèses ou par lipomodelage. L’augmentation par lipomodelage est une augmentation modérée, voire très modérée, en fonction des tissus receveur et des tissus donneurs potentiels (demande différente de l’augmentation mammaire par prothèses).  Il peut être intéressant de combiner les 2 techniques, sous la forme d’une augmentation mammaire composite qui donne habituellement de très bons résultats.

Lors de la consultation, on évaluera les tissus receveurs, au niveau du sein, et également les tissus donneurs (en général au niveau de la culotte de cheval). La consultation permettra de voir s’il y a correspondance entre les deux. Il faut bien remplir le questionnaire médical en précisant bien votre poids et taille. Il faut également pouvoir réfléchir au fait d’avoir un poids stable, car il s’agit d’une condition nécessaire à la réalisation du lipomodelage esthétique du sein, car si la patiente perd du poids, elle perdra nécessairement du volume au niveau de ses seins.

Comme pour l’augmentation mammaire, il faut prévoir une imagerie mammaire avec une échographie mammaire bilatérale avant 30 ans, une échographie avec une incidence de mammographie bilatérales entre 30 et 40 ans, et une mammographie-échographie après 40 ans. Votre médecin peut éventuellement vous prescrire ces examens et vous les amènerez lors de la consultation avec le chirurgien plasticien.

Réduction mammaire

L’hypertrophie mammaire a une symptomatologie souvent assez claire avec une gêne et des douleurs dorsales, et l’indication de réduction mammaire apparait souvent évidente en cas d’hypertrophie importante.  Bien remplir le questionnaire qui vous a été adressé, accompagné si possible d’un courrier du Médecin traitant.

Vous devez vous préparer à répondre aux questions suivantes :

  1. Quelle sont les douleurs dorsales que vous ressentez ?
  2. Quel volume mammaire souhaitez-vous ?
  3. Trouvez-vous vos seins un peu gros, gros, ou très gros ?
  4. Souhaitez-vous un sein en rapport avec votre morphologie ? Type bonnet C (choix le plus fréquent et le plus logique). Ou un sein plus petit ? Ou un sein gardant un volume encore important ?

Une imagerie du sein sera nécessaire. En fonction de l’âge, l’indication d’imagerie est différente : avant 30 ans : on réalise une échographie mammaire bilatérale, entre 30 et 40 ans : une incidence de mammographie avec une échographie bilatérale, et après 40 ans : une mammographie et une échographie bilatérales. Votre médecin peut vous prescrire ces examens, et vous pouvez les amener lors de la consultation auprès du chirurgien plasticien. Si ce n’est pas le cas, le chirurgien plasticien vous fera les ordonnances, et vous ramènerez les examens lors de la seconde consultation préopératoire.

L’inconvénient principal de la réduction mammaire est la rançon cicatricielle (autour de l’aréole, une verticale jusqu’au sillon, et une horizontale plus ou moins longue suivant l’importance de l’hypertrophie mammaire). Vous pourrez demander au chirurgien de voir des exemples de cicatrices : des cicatrices à 3 mois (date à laquelle la cicatrice est encore rouge) et un à 1 an, date à laquelle la cicatrice est habituellement mature) vous serons montrées. Si la patiente accepte la cicatrice, l’amélioration de la forme des seins et l’amélioration importante des douleurs dorsales entraineront habituellement une satisfaction importante.

Cure de ptôse

La cure de ptôse peut s’accompagner d’une réduction modérée, en fonction de la demande de la patiente ; ou inversement peut s’accompagner d’un lipomodelage du décollété pour augmenter la plénitide du décolleté, ou le rajeunir ; voire s’accompagner d’une augmentation mammaire par prothèses combinée à la cure de ptôse s’il manque beaucoup de volume. Votre demande profonde est donc essentielle pour bien poser l’indication+++. Il faut donc bien réfléchir à votre souhait avant votre consultation. Bien remplir le questionnaire qui vous a été adressé, accompagné si possible d’un courrier du Médecin traitant.

Vous devez vous préparer à répondre aux questions suivantes : Quel volume mammaire souhaitez-vous ? Souhaitez-vous le même volume ? (cure de ptôse seule, même volume du sein avec forme rajeunie) ou une augmentation mammaire modérée (lipomodelage combiné)? ou une augmentation plus importante (augmentation mammaire par prothèses combinée)? Souhaitez-vous un sein en rapport avec votre morphologie ? Type bonnet C. Souhaitez un décolleté bien rempli, si cela est possible (réalisation d’un lambeau glandulaire postérieur) ?

Une imagerie du sein sera nécessaire. En fonction de l’âge, l’indication d’imagerie est différente : avant 30 ans : on réalise une échographie mammaire bilatérale, entre 30 et 40 ans : une incidence de mammographie avec une échographie bilatérale, et après 40 ans : une mammographie et une échographie bilatérales. Votre médecin peut vous prescrire ces examens, et vous pouvez les amener lors de la consultation auprès du chirurgien plasticien. Si ce n’est pas le cas, le chirurgien plasticien vous fera les ordonnances, et vous ramènerez les examens lors de la seconde consultation préopératoire.

L’inconvénient principal de la cure de ptôse seule est la rançon cicatricielle (autour de l’aréole, une verticale jusqu’au sillon, et une horizontale plus ou moins longue suivant l’importance de la ptôse mammaire). Vous pourrez demander au chirurgien de voir des exemples de cicatrices : des cicatrices à 3 mois (date à laquelle la cicatrice est encore rouge) et un à 1 an, date à laquelle la cicatrice est habituellement mature) vous serons montrées. Si la patiente accepte les cicatrices, l’amélioration de la forme des seins lui donnera habituellement satisfaction.

Malformations de seins

Les malformations des seins sont variées. Il faut bien remplir le questionnaire préopératoire et, si possible, disposer d’une lettre de votre médecin traitant ou du Médecin pédiatre (pour les jeunes adolescentes) expliquant le caractère malformatif de votre cas ; cela peut appuyer pour la prise en charge éventuelle de votre cas par l’Assurance Maladie.

Les femmes consultant habituellement pour malformation du sein sont des jeunes femmes, et si c’est avant 30 ans, il suffit de disposer d’une échographie mammaire bilatérale. Si la patiente a plus de 30 ans, une incidence de mammographie et une échographie bilatérale, si elle a plus de 40 ans : mammographie et échographie bilatérales.

La patiente doit réfléchir à sa demande : souhaite-t-elle avoir des seins de morphologie normale mais de taille limitée ? ou Souhaite-t-elle une augmentation bilatérale dans le même temps.

Cas secondaires pour l’amélioration d’une chirurgie esthétique antérieure ?

L’analyse de l’histoire de la patiente et du problème spécifique rencontré est très importante. Aussi, il faut remplir avec grand soin le questionnaire préopératoire +++ et il est aussi important de disposer des comptes rendus opératoires des interventions précédentes (demandez au chirurgien d’adresser à votre médecin traitant ou à votre gynécologue les comptes rendus opératoires des interventions) et éventuellement, des photos avant les interventions dont vous avez bénéficié. Si cela est possible, il est souhaitable également de pouvoir bénéficier d’un courrier du premier praticien afin qu’il explique les différents temps opératoires et les éventuels problèmes qu’il a rencontrés. Si cela vous parait délicat, on pourra reconstruire l’histoire clinique avec les éléments précédents.

Il faut bien réfléchir à votre demande et aux objectifs les plus importants pour vous. Dans les cas secondaires, il faut souvent redéfinir les objectifs un peu à la baisse, et se donner des objectifs raisonnables que l’on pourra effectivement atteindre par la correction qui vous sera proposée.

A la suite de l’examen clinique et de l’analyse de tous les éléments du dossier, le Chirurgien Plasticien expérimenté pourra vous proposer des solutions permettant d’améliorer la situation. Il est également important en parallèle de vous préparer au point de vue psychologique, et ainsi rencontrer un psychologue ou un psychiatre faisant des entretiens psychothérapeutiques (demander conseil dans ce sens, à votre Médecin traitant) pour parler de votre parcours et de vos éventuels déboires, de façon à faire la part des choses, et être prête à repartir pour un nouveau projet thérapeutique ++. Il faut également, dans les situations difficiles savoir se donner du temps pour finir le travail de deuil par rapport à l’idéal fantasmé qui n’a pas été atteint.

Les femmes consultant habituellement pour malformation du sein sont des jeunes femmes, et si c’est avant 30 ans, il suffit de disposer d’une échographie mammaire bilatérale. Si la patiente a plus de 30 ans, une incidence de mammographie et une échographie bilatérale, si elle a plus de 40 ans : mammographie et échographie bilatérales.

La patiente doit réfléchir à sa demande : souhaite-t-elle avoir des seins de morphologie normale mais de taille limitée ? ou Souhaite-t-elle une augmentation bilatérale dans le même temps.

Gynécomastie

Pour préparer la consultation, il faut disposer d’une lettre du médecin traitant ou du Médecin endocrinologue, et bien remplir le questionnaire reçu.

Un bilan médical est nécessaire avant la consultation en chirurgie plastique et, vous pouvez demander à votre médecin traitant de vous adresser à un endocrinologue, qui devra réaliser un bilan endocrinien +++ pour rechercher une éventuelle gynécomastie secondaire. En plus de l’examen endocrinien avec prise de sang, il faudra faire un examen testiculaire.

Si le bilan hormonal est normal, il s’agit d’une gynécomastie idiopathique. La cure de gynécomastie peut être prise en charge par l’assurance maladie, une fois que le bilan hormonal est fait et, sous réserve d’un retentissement psychosocial important.

Reconstruction mammaire après mastectomie

Afin de bien préparer votre consultation avant reconstruction mammaire, il faut réfléchir à votre demande de reconstruction du sein touché, mais également à votre demande par rapport au sein controlatéral (souhaitez-vous une réduction de ce sein controlatéral ? et de quel ordre par exemple ?). Il est important de bien remplir le questionnaire +++ qui précisera vos antécédents, les facteurs de risque éventuels comme la radiothérapie, le tabagisme, et le diabète. Une lettre de votre médecin traitant ou de votre gynécologue est toujours la bienvenue. Il faudra joindre au questionnaire médical le compte rendu de l’anatomopathologie (analyse de la pièce opératoire à la suite de la tumorectomie, de la mastectomie). Il est nécessaire de bien préciser sur le questionnaire, si vous avez bénéficié d’une radiothérapie, la date à laquelle la radiothérapie a été terminée (il est important de préciser une éventuelle radiothérapie, même si elle a été délivrée de nombreuses années avant la mastectomie ++++, comme c’est le cas lorsqu’on a eu dans un premier temps, un traitement conservateur).

Pour les reconstructions immédiates : bien lire +++ le chapitre « Comment bénéficier d’une Reconstruction Mammaire Immédiate (RMI) ? ».

Lors de la consultation, à la suite de l’examen et de la synthèse de votre dossier, vous proposera la ou les techniques parmi les plus adaptées à votre cas.

Séquelles de traitement conservateur

Lorsque vous consulter pour une séquelle de traitement conservateur, il faut bien réfléchir à votre demande, c’est-à-dire ce qui vous pose problème : est-ce l’asymétrie entre les deux seins, est-ce une déformation du sein traité, est-ce une éventuelle rétraction aréolaire ? En fonction de votre demande, on pourra adapter la technique chirurgicale. Il est important de bien remplir le questionnaire préopératoire +++ en précisant bien les délais et, notamment, lorsque la radiothérapie a été terminée. Habituellement, avant un lipomodelage du sein conservé, il faut attendre deux ans avant de pouvoir faire ce lipomodelage, selon les recommandations de la HAS (Haute Autorité de Santé). Cela n’empêche pas une consultation qui permettra d’évaluer la situation et de proposer la solution ou les solutions à mettre en place. Il faudra absolument disposer de l’analyse anatomopathologique de la pièce de tumorectomie +++. En effet, ce document est nécessaire pour vérifier que la résection était bien in sano (résection complète, en zones saines), ce qui est une condition essentielle avant d’envisager une correction sur le sein conservé.  Vous pouvez lire sur le site internet, le chapitre « Séquelles de traitement conservateur » qui vous permettra de faire un tour d’horizon du sujet et ainsi, de bien préciser votre demande par rapport au désir de correction.

Cas secondaires pour l’amélioration d’une chirurgie réparatrice du sein réalisée précédemment ?

L’analyse de l’histoire de la patiente et du problème spécifique rencontré est très importante. Aussi, il faut remplir avec grand soin le questionnaire préopératoire +++ et il est aussi important de disposer des comptes rendus opératoires des interventions précédentes (demandez au chirurgien d’adresser à votre médecin traitant ou à votre gynécologue les comptes rendus opératoires des interventions) et éventuellement, des photos avant les interventions dont vous avez bénéficié. Si cela est possible, il est bien également de pouvoir bénéficier d’un courrier du premier praticien afin qu’il explique les différents temps opératoires et les éventuels problèmes qu’il a rencontrés. Si cela vous parait délicat, on pourra reconstruire l’histoire clinique avec les éléments précédents. Il faut savoir que si l’on change d’équipe de chirurgie réparatrice, il faut le faire pour toute la suite de la reconstruction +++, afin d’éviter d’éventuels conflits ou des paroles déplacées d’amour-propre, qui font du mal à tout le monde et ne grandissent personne. Il faudra joindre au questionnaire médical le compte rendu de l’anatomopathologie (analyse de la pièce opératoire à la suite de la tumorectomie, et de la mastectomie). Il est nécessaire de bien préciser sur le questionnaire, si vous avez bénéficié d’une radiothérapie, la date à laquelle la radiothérapie a été terminée (il est important de préciser une éventuelle radiothérapie, même si elle a été délivrée de nombreuses années avant la mastectomie ++++, comme c’est le cas lorsqu’on a eu dans un premier temps, un traitement conservateur).

Il faut bien réfléchir à votre demande et aux objectifs les plus importants pour vous. Dans les cas secondaires, il faut souvent redéfinir les objectifs un peu à la baisse, et se donner des objectifs raisonnables ++ que l’on pourra effectivement atteindre par la correction qui vous sera proposée.

A la suite de l’examen clinique et de l’analyse de tous les éléments du dossier, le Chirurgien Plasticien expérimenté (la reconstruction mammaire est déjà difficile, ici c’est encore plus difficile : il faut donc s’adresser à un chirurgien très expérimenté qui pourra vous mener à « bon port » et assurer la réussite ou l’amélioration de la reconstruction) pourra vous proposer des solutions permettant d’améliorer la situation. Il est également important en parallèle de vous préparer au point de vue psychologique et de rencontrer un psychologue ou un psychiatre faisant des entretiens psychothérapeutiques (demander conseil dans ce sens, à votre Médecin traitant) , pour parler de votre parcours et de vos éventuels déboires, de façon à faire la part des choses, et être prête à repartir pour un nouveau projet thérapeutique +++. Il faut également, dans les situations difficiles savoir se donner du temps pour finir le travail de deuil par rapport à l’idéal fantasmé qui n’a pas été atteint, et parfois aussi pour laisser le temps aux tissus de s’améliorer (écouter avec attention les conseils du chirurgien plasticien).

Liposuccion

Pour préparer la consultation avant liposuccion, il faut bien compléter le questionnaire en précisant votre taille et votre poids, votre stabilité pondérale éventuelle, ou inversement si vous êtes en surpoids. En cas de surpoids, il est important de lire avec attention le chapitre « Surpoids et obésité » que vous pouvez trouver sur ce site internet +++.

L’indication idéale de la liposuccion est la correction d’une stéatomérie localisée (voir ce chapitre). Il est donc souhaitable, si on est en surpoids, de commencer à perdre du poids (amorcer le cercle vertueux), puis la liposuccion permettra de traiter la stéatomérie, et vous stabiliserez bien le poids ensuite.

Abdomen

Vous devez compléter le questionnaire pré-opératoire en précisant bien votre poids et taille, vos antécédents de chirurgie abdominale, et vos antécédents éventuels personnels ou familiaux de phlébite. Il est souhaitable qu’un médecin traitant vous fasse un courrier pour la consultation.  Avant la consultation, vous devez bien préciser votre demande en terme de correction : s’agit-il uniquement d’une correction du volume ? Une correction du pendulum ? ou Une éventuelle correction d’une zone vergeturée ? En fonction de l’examen clinique et de votre demande, une proposition thérapeutique vous sera conseillée par le chirurgien. Si une abdominoplastie est indiquée, ici, et encore plus que pour tout autre chirurgie, l’arrêt du tabac est impératif ++++ au minimum un mois avant l’intervention et un mois après (cf. Chapitre « Faut-il arrêter de fumer avant une intervention de chirurgie plastique ? »).

Actualités