Conclusions

Le surpoids et l’obésité représentent une situation complexe, qu’il n’est pas possible de traiter par une solution simple universelle. L’obésité est une maladie multifactorielle à fortes composantes psychosomatiques. Mais, comme toute maladie psychosomatique, lorsqu’elle a pris sa place, elle devient une maladie à part entière, qui doit être traitée pour elle-même, sans négliger les aspects psychologiques qui ont participé à sa mise en route. Chaque personne est unique, et doit analyser et comprendre pourquoi elle est arrivée à cette situation de surpoids et d’obésité (analyse des causes). Un projet thérapeutique personnalisé et adapté à la personne (avec pour objectif un poids raisonnable pour la personne) doit être mise en œuvre en faisant appel à toutes les compétences possibles de l’équipe multidisciplinaire. La personne doit être elle-même très impliquée dans la démarche : la motivation de la personne est de loin le facteur de succès, à long terme, le plus important.

Si vous souhaitez perdre du poids, il faut agir sur 3 conditions en même-temps (cela fonctionne toujours, sans aucune exception, si on applique ces 3 conditions dans le même temps, et ceci sur une durée suffisamment longue) : il faut augmenter l’activité physique et l’activité sportive de façon durable, régulière, et définitive ; il faut améliorer son énergie psychique et stabiliser son humeur, apprendre à se détendre et à se valoriser, et une prise en charge psychologique est habituellement indispensable pour le succès à long terme de l’amaigrissement ; enfin il faut bien-sûr limiter les apports alimentaires de façon définitive, en mangeant lentement, en évitant les aliments riches en calories (charcuteries, fromages, pâtisseries, sodas), en évitant de manger entre les repas, en se lavant bien les dents entre chaque repas pour bien montrer que le repas est terminé. Un soutien nutritionnel et diététique, et un véritable coaching à long terme sont nécessaires pour inscrire ce projet dans la durée, car le changement devra être définitif, il ne s’agit donc pas d’un régime mais d’un véritable changement de vie.

S’engager dans un tel processus constitue souvent une véritable révolution personnelle et culturelle, en construisant un véritable projet psycho-corporel. Il s’agit de mettre en place toute une philosophie de la vie conduisant à plus de liberté, de santé et de bien-être. Il faut en quelque sorte réapprendre à marcher tout seul, libre. La liberté ne s’acquiert que par la conscience de ce qui nous empêche d’être libre, et c’est pourquoi j’ai insisté sur les résistances qui entravent notre liberté dans le chapitre « freins au changement ». Au cours de ce chemin, il faut apprendre à mieux se connaître soi-même, apprendre à surmonter ses peurs et ses appréhensions pour découvrir son propre chemin, et surtout apprendre à être bienveillant avec soi et avec les autres. Il faut apprendre (ou réapprendre) à voir, à comprendre, et à aimer.

Il faut apprendre (ou réapprendre), à prendre soin de son corps, en retrouvant le goût de l’activité sportive, mais aussi l’amour de son corps et des sensations corporelles (les massages, les caresses, le yoga, sont une grande aide dans cette démarche). La chirurgie plastique, utilisée de façon intelligente, peut avoir une place importante dans ce processus vertueux. Elle peut agir avant, pendant, et après le surpoids. Avant le surpoids, la connaissance des stéatoméries, issue de l’expérience en chirurgie plastique, permet de comprendre la mise en place d’un grand nombre de surpoids et d’obésités. Il serait important que les médecins pédiatres et médecins généralistes connaissent ce concept de stéatoméries ; et éventuellement, fassent prendre en charge les personnes avant que les stéatoméries ne prennent trop d’importance (prise en charge nutritionnelle, liposuccion des stéatoméries familiales), et n’enclenchent le cercle vicieux du surpoids. De même, il faut avoir diagnostiqué les hypertrophies mammaires qui conduiront à une obésité, et accepter d’opérer des patientes qui sont dans cette situation, même si elles n’ont pas un poids parfait, de façon à les aider à rentrer dans le cercle vertueux dont nous avons parlé plus haut. Pendant le surpoids et pendant la mise en œuvre de l’amaigrissement, la chirurgie plastique peut également agir par liposuccion des zones de stéatoméries, par une correction d’un excès cutanéo-graisseux abdominal, ou encore par la réduction de l’hypertrophie mammaire. Enfin, après le traitement du surpoids important, des séquelles d’amaigrissement peuvent apparaître, et la chirurgie plastique pourra aider à traiter ces séquelles d’amaigrissement et participer à l’amélioration de la qualité de vie, et du retour de l’amour de son propre corps.

Le plaisir de sentir « un esprit sain dans un corps sain » est un des piliers de la sagesse ancestrale. Mais retrouver ce corps sain en le faisant progressivement maigrir, lorsque l’on a connu un surpoids important, ou à fortiori une obésité, n’est pas une mince affaire. Il s’agit même d’une aventure personnelle importante qu’il faut avoir décidé soi-même. Mais comme toute épreuve passée avec succès, cela grandit la personne qui l’a passée, et éventuellement aussi les membres bienveillants de l’entourage qui ont participé à cette aventure. Cette épreuve, et le chemin parcouru, peuvent même se révéler un élément fondateur d’une vie meilleure. Il nous faut tous apprendre à aimer. Aimer mieux, aimer plus, aimer parfois avec des maladresses, mais aimer. Il faut faire rayonner le potentiel de joie et de bonheur, qui est en chacun de nous, et faire circuler la vie en soi et autour de soi. Il faut bien vivre sa vie à soi, sur son propre chemin, et essayer de rayonner de l’éclat dont on brille lorsque l’on a trouvé sa paix intérieure et sa propre joie de vivre. Apprendre à bien s’aimer est finalement un acte de générosité : si l’on s’aime bien (à ne pas confondre avec le narcissisme primaire, comme cela est souvent le cas), on sera plus apte à rayonner et apporter bonheur et joie de vivre à son entourage, ce qui représente un des buts et un des fondements d’une vie épanouie.

Actualités