Foire aux questions

Des réponses à vos questions les plus courantes

La liposuccion permet de maigrir

FAUX

Elle permet de corriger certaines surcharges graisseuses disgracieuses comme la culotte de cheval mais n’est pas habituellement un moyen de perdre du poids.

Les prothèses mammaires mises en place actuellement sont sans danger.

VRAI

De nombreuses études scientifiques ont montré qu’il n’y avait pas d’augmentation du risque de développer une maladie auto-immune à cause de l’implantation d’une prothèse préremplies de gel de silicone. Depuis janvier 2001 les prothèses préremplies de gel de silicone sont à nouveau autorisées, et sont les plus utilisées.

Une personne âgée peut bénéficier de chirurgie esthétique.

VRAI

Il n’existe pas de limite supérieure d’âge; et l’état général de la patiente sera le principal élément décisionnel pour réaliser une intervention de chirurgie esthétique chez une personne âgée.

En effet dans ce type de chirurgie, le bénéfice lié à l’intervention dois toujours être mis en perspective avec les éventuels risques encourus par la patiente.

La chirurgie esthétique doit avant tout répondre à un besoin personnel et non à un besoin de l’entourage.

VRAI

En chirurgie esthétique, le changement engendré est parfois très important, et il doit être profondément désiré par la patiente. Les interventions « forcées»  (« demande par procuration ») par l’entourage peuvent entrainer des déceptions de la personne opérée, même en cas de très bon résultat esthétique.

Le diabète, ou d’autres maladies contre-indiquent la chirurgie esthétique

FAUX

La présence d’une maladie, comme le diabète, nécessite la prise en compte de précautions  préopératoires supplémentaires. Ce type d’affection ne contre indique pas formellement l’acte chirurgical, mais peut augmenter le risque de complications. Il est important que lapatiente informer son chirurgien lors de la consultation de maladies ou de traitements éventuels, pour lui permettre de programmer l’intervention dans les meilleures conditions possibles.

Il ne faut pas hésiter à demander un deuxième avis avant de se faire opérer.

VRAI SI

vous ne vous sentez pas en confiance

FAUX SI

le chirurgien plasticien est qualifié (vérifier sa qualification en chirurgie plastique sur le site du Conseil de l’Ordre des Médecins), compétent , réputé, et si vous vous sentez bien en confianceIl est indispensable de demandez un autre avis: si votre chirurgien ne vous a pas expliqué clairement l’intervention, ses risques et ses résultats. En effet pour avoir un résultat optimum, il est nécessaire que la patiente ait bien compris les explications fournis lors de la consultation afin de créer une véritable relation de confiance entre le chirurgien et la patiente.  Si vous ne vous sentez pas en confiance, prenez votre temps et demander un deuxième avis, auprès d’un chirurgien plasticien reconnu par l’Ordre des Médecins.

Certains médicaments doivent être évités avant et après la chirurgie.

VRAI

La prise d’Aspirine ou d’anti-inflammatoires favorise le risque de saignement, et augmente  le risque d’hématome dans les suites opératoires. Il convient donc de les éviter 15 jours avant l’intervention, et d’en informer son chirurgien le cas échéant.

Une zone opérée reste plus sensible au soleil et au bronzage

VRAI

Après une intervention, la cicatrice met plusieurs mois avant de devenir mature, c’est à dire de devenir blanche. Il convient de protéger du soleil de manière strict les cicatrices non matures pour éviter l’apparition d’une cicatrice hypertrophique (gonflée), ou de couleur différente. La protection de la zone opérée peut se faire simplement par de l’écran solaire.

Il n’y a actuellement pas de traitement efficace des cicatrices chéloïdes.

VRAI

Le traitement est essentiellement préventif, et consiste à éviter tout geste chirurgical chez les personnes ayant des antécédents de cicatrice chéloïde, ou de prévenir leur apparition en comprimant de manière forte et permanente les zones opérées. Le traitement curatif une fois la cicatrice chéloïde apparu est peu efficace, et repose sur l’injection intralésionnelles de corticoïdes. Dans certaines formes invalidantes, une résection de la cicatrice associé à de la radiothérapie peut être utilisée. Cependant , les cicatrices chéloïdes vraies sont exceptionnelles, et surviennent sur un terrain familial prédisposant et habituellement connu.

Quand le résultat de la chirurgie esthétique n’est pas satisfaisant, on ne peut plus rien faire car il est définitif.

FAUX

Parfois il est possible que le résultat escompté soit insuffisant ou que la patiente soit insatisfaite. Dans cette situation, il est important qu’il existe une bonne relation de confiance entre le chirurgien et la patiente, ainsi il pourra lui proposé un geste de « retouche » pour corriger ou améliorer le résultat.

Certaines interventions de chirurgie esthétique ou réparatrice ne laissent pas de cicatrice visible.

Toute intervention chirurgicale laisse comme signature obligatoire une cicatrice. Cependant selon la technique employée, la qualité de sa réalisation, le positionnement et la longueur de la cicatrice, il est possible de la camoufler et de la rendre pratiquement invisible. Par exemple, dans l’intervention de liposuccion les cicatrices sont de l’ordre du centimètre et sont cachées dans les plis naturels ; dans la chirurgie des paupières l’incision peut être réalisé dans un pli de la paupière, et est très peu visible.

Actualités