La Rhinoplastie

Le nez, par sa position centrale, est un élément important de l’équilibre esthétique du visage.

L’objectif d’une rhinoplastie est de corriger les défauts existants tout en gardant l’équilibre et l’expression du visage.

Il convient de réaliser une analyse fine des défauts du nez tout en intégrant le nez dans l’analyse globale du visage. La rhinoplastie peut être envisagée dès la fin de la croissance, à partir de 16 ans environ. Cette intervention s’adresse à tous ceux qui en ressentent le besoin et présentent des disgrâces esthétiques de leur nez : nez long, court, plat, bossu ou dévié. Ces défauts peuvent avoir des origines diverses et variées : congénitales, traumatiques ou encore post-chirurgicales. • Les rhinoplasties d’augmentation s’adressent aux nez petits ou déséquilibrés ; elles nécessitent pour leur correction des greffes cartilagineuses ou ostéo-cartilagineuses. • Les rhinoplasties de réduction concernent les nez hypertrophiques, longs, larges, bossus ou avec une pointe globuleuse ; leurs traitements associent différents gestes : affinement de la pointe, résection de la bosse osseuse et cartilagineuse, rétrécissement du nez, etc.
Les incisions de la voie d’abord classique sont situées à l’intérieur des narines et seront donc secondairement invisibles. Dans les rhinoplasties « à ciel ouvert », l’incision est située au niveau de la columelle, permettant ainsi un abord direct des structures ostéo-cartilagineuses du nez. La rançon cicatricielle est également minime. Grâce à ces incisions, le chirurgien travaille sur les éléments cartilagineux et osseux qui forment la charpente du nez. Il pourra agir sur chaque élément constitutif du nez en réséquant ou en greffant des tissus pour corriger les disgrâces esthétiques qui ont justifié la rhinoplastie. En fin d’intervention, les fosses nasales sont « bouchées » à l’aide d’une mèche de pansements absorbants empêchant le patient de respirer par le nez, ce qui constitue le principal désagrément postopératoire. La mise en place, au niveau du nez, d’une attelle rigide de protection est fréquente mais non systématique ; elle dépend du geste réalisé. Dans les suites opératoires, on observe l’apparition d’un œdème et d’ecchymoses au niveau des paupières inférieures qui se résorberont en 2 à 3 semaines.

Dès le troisième mois, il est possible d’avoir un aperçu du résultat de la rhinoplastie mais ce n’est qu’à partir de 6 mois à 1 an que l’aspect final sera véritablement appréciable.

 

Type d’anesthésie : anesthésie locale + complément intraveineux, anesthésie générale Durée de l’hospitalisation : de quelques heures à 2 jours en fonction de l’importance du traitement.

Actualités