LE LAMBEAU DORSAL A CICATRICE COURTE (LDCC)

Share

LE LAMBEAU DORSAL A CICATRICE COURTE (LDCC)

LE LAMBEAU DORSAL A CICATRICE COURTE (LDCC):
le nouveau «gold standard» en reconstruction mammaire autologue
www.emmanueldelay.fr

La reconstruction mammaire autologue par lambeau a pris une place de plus en plus importante ces dernières années car elle permet d’obtenir les résultats les plus satisfaisants et les plus naturels. Parmi ces techniques, la reconstruction mammaire par DIEP a fait l’objet de nombreux articles et publications. Les inconvénients principaux de la reconstruction mammaire par DIEP sont la longueur de l’intervention avec son risque de phlébite et d’embolie pulmonaire, et également le risque d’échec complet de la reconstruction en cas de thrombose des anastomoses artérielle ou veineuse. C’est pourquoi nous avons développé de façon complémentaire, une technique de reconstruction mammaire autologue, utilisant le lambeau de grand dorsal (latissimus dorsi) mais avec un prélèvement assuré par une cicatrice dorsale très courte. Cette intervention s’appelle le lambeau dorsal à cicatrice courte. Il s’agit de la dernière technique la plus avancée, de la technique du lambeau de grand dorsal autologue que nous avions développée, mise au point et évaluée dans les années 90.

Le lambeau dorsal à cicatrice courte consiste à prélever le lambeau de latissimus dorsi par une cicatrice très courte, latéro-thoracique, pratiquement non visible de la région dorsale postérieure lorsque le bras est en position basse. De façon systématique, une greffe de tissu graisseux est réalisée lors du temps primaire, en région intra pectorale, de façon à donner une amélioration du décolleté lors du 1er temps opératoire. De la même façon, lors du second temps opératoire, habituellement réalisé deux mois plus tard, un transfert graisseux sous la forme d’un lipomodelage  est réalisé de façon à donner le volume satisfaisant et obtenir le meilleur résultat  possible. Enfin, une greffe de tissu graisseux est réalisée en région dorsale lors du deuxième temps, lorsque la graisse est prélevée au niveau des cuisses et en régions sus-iliaques afin de recréer le relief axillaire postérieur et combler une éventuelle asymétrie ou une légère dépression dorsale, rendant ainsi la séquelle de prélèvement vraiment mineure. Une évaluation des 100 premiers cas consécutifs réalisés par nos soins et a été présentée au 60ème congrès national de la Société Française de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique*. Cette évaluation a montré des résultats bons dans 30% des cas et très bons dans 70% des cas et il n’y a pas eu de résultat jugé moyen ou pauvre. De la même façon, il n’y a eu aucun échec, ni nécrose du lambeau, ni complication importante. Il a été noté 20% de séromes traités par une ou deux ponction(-s). Le taux de séromes a été ainsi réduit par  la technique dite du « capitonnage » qui est très efficace. Les séquelles dorsales ont toutes été jugées modérées (pas de séquelle moyenne ou importante).

L’avantage du lambeau dorsal à cicatrice courte comporte les même avantages que le lambeau de grand dorsal sans prothèse à savoir : la fiabilité très grande de l’intervention avec une vascularisation très bonne, le caractère naturel de la reconstruction et surtout la meilleure gestion des tissus locaux thoraciques évitant un effet de patch au niveau du sein puisque ce lambeau, en reconstruction différée, est combiné au lambeau d’avancement abdominal, évitant ainsi un patch cutané sur le sein reconstruit qui donne un caractère peu naturel à la reconstruction. Il se compare ainsi de façon très favorable, au lambeau abdominal, que ce soit par TRAM ou par DIEP. Ceci est d’autant plus important qu’il s’agit d’une intervention beaucoup plus courte et avec un très faible risque thromboembolique. L’avantage spécifique du lambeau dorsal à cicatrice courte est sa très faible rançon cicatricielle avec des séquelles de prélèvement mineures.

En conclusion, le lambeau dorsal à cicatrice courte avec les différents raffinements techniques proposés, semble actuellement le nouveau « Gold standard » en reconstruction mammaire et représente actuellement la technique « up to date » en reconstruction mammaire autologue permettant d’obtenir les résultats les meilleurs au prix d’un rapport qualité/contraintes également le meilleur. Cette technique, lorsqu’elle sera diffusée, devrait prendre dans les dix années qui viennent, une place de choix en reconstruction mammaire immédiate ou différée. En  conversion de reconstruction prothétique en reconstruction autologue, les résultats sont encore meilleurs donnant des résultats très satisfaisants et très appréciés des patientes.

*     Le lambeau de grand dorsal à cicatrice courte : le nouveau « Gold Standard » en reconstruction mammaire
       autologue.

       60ème Congrès National de la Société Française de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique.

  1. DELAY et Al.

       Paris, 19-21 novembre 2015.

avatar

Dr Emmanuel DELAY

Le Docteur Emmanuel DELAY (Dr ED, Lyon) est chirurgien plasticien à Lyon. Il a été formé en France à Lyon (au CHU de Lyon Il est Ancien Interne des Hôpitaux de Lyon, ancien Chef de Clinique Assistant des Hôpitaux de Lyon, à l’Hôpital St-Luc, et au Centre Léon Bérard), à Toulouse (CHU Rangueil), en Belgique à Bruxelles (service Pr M LEJOUR), et aux ETATS UNIS, notamment à l’Emory University d’Atlanta (Pr J. BOSTWICK, Pr F NAHAI).

Related Posts

Comments are closed.

Actualités