Liposuccion du mont de Vénus

Certaines patientes  sont gênées car elles ont un Mont de Vénus extrêmement graisseux  et très en relief, ce qui les gênent lorsqu’elles sont nues ou lorsqu’elle sont en maillot de bain. 
Ce relief du Mont de Vénus est lié à un relief graisseux et il peut facilement faire l’objet d’une liposuccion comme au niveau des autres zones graisseuses de l’organisme. 
La technique chirurgicale consiste à aspirer l’excédent graisseux à l’aide d’une canule fine. La quantité de graisse à enlever dépend de l’excès graisseux et de la demande de la patiente. 
Cette intervention peut être réalisée en théorie sous anesthésie locale. En pratique elle est souvent réalisée sous anesthésie générale de courte durée, du fait qu’il s’agit d’une zone assez sensible et du fait de la localisation délicate et gênante pour la patiente.
Comme toutes les autres interventions de Chirurgie Esthétique, un délai de réflexion est nécessaire avant d’envisager cette intervention. Lors de la consultation on prendra soin de bien définir la demande.
Par ailleurs il faudra prendre en compte la région abdominale. Dans certains cas on peut être amené à réaliser cette liposuccion du Mont de Vénus lors de la réalisation d’une abdominoplastie.
Cette intervention peut être réalisée en chirurgie ambulatoire, ou avec une hospitalisation d’une nuit. Dans la plupart des cas les suites post-opératoires sont simples. 
Il faut noter que cette liposuccion du Mont de Vénus donne habituellement un œdème important de la région vulvaire avec une région vulvaire gonflée et oedématiée pendant une quinzaine de jours. 
Les douches sont autorisées dès le lendemain ou le surlendemain mais les bains et les rapports sexuels sont déconseillés pendant 2 à 3 semaines.
Dans l’immense majorité des cas les patientes jugent le résultat satisfaisant ou très satisfaisant. La cicatrice est habituellement extrêmement discrète. 
Il faut savoir que l’œdème persiste de un à trois mois et qu’il faut environ trois mois pour obtenir le résultat final de cette intervention.
Le risque de complications est très faible pour cette intervention. Le risque de complications est comme pour toutes les interventions, essentiellement le risque d’hématome, très faible du faite de l’absence de décollement; et le risque infectieux qui nécessiterait la mise sous antibiotiques et l’application de glace immédiatement et dans tous les cas une consultation pour juger de l’état local.

Actualités