Nymphoplastie d’augmentation

A l’opposé des patientes qui sont gênées par une hypertrophie labiale, certaines patientes sont gênées par le fait d’avoir des petites lèvres trop fines ou éventuellement des grandes lèvres également trop fines.
La possibilité d’amélioration de cette situation peut être représentée par une nymphoplastie d’augmentation avec la réalisation d’une greffe de tissu graisseux à ce niveau.
Cette intervention est appelée greffe de tissu graisseux ou lipomodelage ou lipostructure et consiste à prélever la graisse à un site où elle est en excès ( face interne des genoux, région sus-pubienne ou région abdominale) la préparer et la transférer au niveau des zones que l’on souhaite augmenter.
Cette intervention est en pratique réalisée le plus souvent sous anesthésie générale de courte durée, du fait de la localisation délicate et gênante pour la patiente.
Ce type d’intervention mérite toujours un délai de réflexion. La patiente est vue une première fois en consultation puis après un délai de réflexion, elle confirme son choix de réaliser l’intervention.
Habituellement la patiente a réfléchi depuis longtemps et son choix est assez formel. En cas d’ambivalence, il vaut mieux surseoir à l’intervention et se donner un délai de réflexion plus long.
Seules les patientes majeures peuvent bénéficier de ce type d’intervention de Chirurgie Esthétique.

Cette intervention peut être réalisée en chirurgie ambulatoire, ou avec une hospitalisation d’une nuit. Dans la plupart des cas les suites post-opératoires sont simples avec quelques règles de bon sens pour éviter les traumatismes locaux et le port de vêtements serrés.
Après la sortie un simple lavage quotidien à l’eau et au savon suivi d’un séchage minutieux par tamponnement à l’aide de compresses et application d’antiseptique type Chlorexhidine.
Les douches sont autorisées au bout de 2 jours. Les bains et les rapports sexuels sont déconseillés pendant 3 à 4 semaines.
Habituellement des ecchymoses (bleus) importantes  sont présentes pendant une quinzaine de jours et il existe un œdème pendant 2 à 3 mois au niveau du site de prélèvement.
Au niveau du site receveur des lèvres, il existe habituellement un œdème assez important qui disparaît en un mois puis le résultat final est obtenu en environ 3 mois en sachant qu’il faut escompter une certaine résorption du tissu graisseux pendant environ 3 mois.

A ce niveau les résultats sont éminemment subjectifs. Objectivement les lèvres sont plus charnues et plus épaisses et habituellement la muqueuse a une meilleure trophicité.
Il n’y a habituellement pas de cicatrice visible au niveau des lèvres car la cicatrisation est habituellement excellente. Au niveau du site de prélèvement il existe une cicatrice de quelques millimètres.

Les complications sont habituellement rares. Une infection peut survenir et doit être traitée rapidement par antibiothérapie et application locale de glace. Il est conseillé à ce moment là de consulter en urgence et on peut être amené à enlever un point si cela est nécessaire.
Des problèmes sensitifs ou des douleurs au moment des rapports sont souvent liés à des phénomènes névrotiques (psychologiques) qui avaient minimisés avant l’intervention.
Il est important de se donner un délai de réflexion avant cette intervention pour ne pas attendre plus qu’elle ne peut donner et pour faire la part des choses entre la demande anatomique et d’autres phénomènes psychologiques, non en rapport avec l’état anatomique.

Actualités