actualite-icon

Prévention et gestion du vieillissement

Prévention du vieillissement facial


La prévention et la gestion du vieillissement facial sont regroupées actuellement sous le terme de « Anti-Aging Medicine», terme générique qui en regroupe les différentes modalités. Parmi ces moyens, les mesures préventives du vieillissement facial sont fondamentales, et ne doivent en aucun cas être négligées. De bonnes habitudes doivent être prises dès le plus jeune âge car le vieillissement facial commence à apparaitre dès l’âge de 20 ans ; il est important de prendre précocement de bonnes habitudes, afin de garder le plus longtemps possible, un aspect jeune et naturel du visage.

 

La peau du visage doit être entretenue et protégée avec le plus grand soin pour lui maintenir son teint et sa texture la plus attrayante possible. Il est impératif de ne pas fumer, car le tabagisme est le facteur de vieillissement le plus puissant qu’on connaisse (pour mémoire, une étude réalisée sur de vraies jumelles montre, à l’âge de 50 ans, une différence d’âge d’environ 10 ans). De la même façon, il faut éviter de traumatiser la peau par une exposition solaire importante, notamment aux heures dangereuses de la journée, entre 12 h et 16 h, heures pendant lesquelles le soleil est le plus fort, et l’agression des rayons ultraviolets sur la peau la plus importante. En cas d’exposition solaire inévitable, il faut se protéger la peau par une crème protectrice des ultraviolets.

 

La peau doit être nourrie par l’application régulière de pommade hydratante. Il faut éviter les nettoyages de peau trop fréquents, qui agressent le visage inutilement. Le mieux est d’appliquer une crème hydratante adaptée à son grain de peau et de réaliser des massages manuels doux.

 

Il est important également d’avoir une alimentation saine et équilibrée, pauvre en viande rouge et privilégiant les viandes blanches, le poisson, et surtout les fruits et légumes. Il est important de maintenir un poids stable, c’est-à-dire d’éviter de prendre du poids car l’amaigrissement entrainera un vieillissement important et prématuré de la peau du visage. De même, la consommation d’alcool doit être évitée car elle peut participer à l’altération cutanée. On veillera à une bonne hydratation corporelle en buvant au moins 1,5 litres d’eau par jour et cela tout au long de la journée. Les bénéfice d’une hydratation générale de l’organisme se ressentent singulièrement sur la peau (en plus des autres effets positifs comme la prévention des infections urinaires).

 

La pratique d’une activité sportive régulière est également importante. Elle participe à l’entretien de l’organisme, et à un bon état de santé global. Par contre, nous ne recommandons pas les sports intensifs et trop prolongés, type marathon, semi-marathon, ou autre effort trop important, qui masculinisent la silhouette et abîment les traits du visage. Il faut privilégier les sports d’eau, comme la natation, et les sports d’entretien, qui donnent une jolie silhouette et entretiennent un bon état de santé.

 

Enfin, il est important de bien dormir pour avoir un visage reposé. Bien dormir, c’est respecté son rythme de sommeil, et se donner suffisamment de quantité de sommeil en fonction de ses besoins individuels. Chacun a pu remarquer, dans son entourage, que le manque de sommeil renforçait le vieillissement, et favorisait le vieillissement cutané.

Gestion du vieillissement facial


De 20 à 30 ans

A cet âge, seules les mesures préventives sont à mettre en œuvre avec une alimentation saine et équilibrée, une pratique de sports régulière, et un bon sommeil. Lorsque qu’approche la trentaine et qu’apparaissent des hyper-contractions musculaires, notamment au niveau de la région glabellaire ou frontale, on peut pratiquer des injections légères et délicates de toxine botulique, qui peuvent éviter qu’une ride (pliure de la peau) ne s’installe.

 

La chirurgie avant 30 est rarement indiquée. On peut réaliser parfois une lipostructure lorsque la patiente a une cerne d’origine familiale très marquée, surtout si une autre intervention chirurgicale est prévue par ailleurs.

 

 

Entre 30 et 40 ans

C’est habituellement à cette période de la vie que peuvent s’envisager les traitements de médecine esthétique et, dans certains cas rares, d’interventions chirurgicales légères de type blépharoplastie, ou lipostructure.

 

Le plus souvent, le traitement Anti-Aging consiste dans la réalisation d’injections, deux fois par an, de toxine botulique. Ces injections doivent être réalisées de façon délicate et légère de manière à simplement traiter l’apparition des premières rides de la région frontale et de la région glabellaire, mais en gardant un caractère naturel au visage. Ces injections ont une puissante action préventive, en ralentissant l’installation des rides et réduisent le vieillissement cutané en diminuant les contractions des muscles, responsables de la formation des rides.

 

Dans de rares cas de patientes qui ont une prédisposition génétique au vieillissement de la région orbitaire, nous pouvons être amenés à réaliser une blépharoplastie supérieure en cas d’excès cutané supérieur ; ou une blépharoplastie inférieure en cas d’apparition de poches palpébrales inférieures.

 

 

Entre 40 et 60 ans

Les stigmates du vieillissement peuvent apparaitre et doivent être analysés avec précision avec la patiente face au miroir. C’est dans cette période de la vie qu’en général la première chirurgie de rajeunissement facial est réalisée. Cette chirurgie doit être réalisée avec délicatesse et subtilité pour préserver le caractère naturel du visage et ne pas modifier les expressions. Dans cette période de la vie, le lifting doit être adapté aux stigmates du vieillissement, sans attendre d’avoir un vieillissement complet du visage. On adapte le geste du lifting, en fonction des stigmates de vieillissement, pour traiter chaque région du visage par une intervention plus légère qu’un « grand lifting », et ceci de façon individualisé à chaque patient. Le message à faire passer est qu’il vaut mieux préserver les signes de la jeunesse plutôt que d’attendre un vieillissement trop important du visage, qui imposerait une chirurgie de rajeunissement trop lourde, et plus brutale pour la patiente. Cette conception permet d’obtenir une récupération plus rapide, des cicatrices plus courtes, et un résultat plus naturel s’intégrant mieux à l’évolution naturelle du visage. Un complément par des injections d’acide hyaluronique est souvent utile pour parfaire le résultat ou traiter de petites rides non traitées par la chirurgie (ridules labiales, rides latéro-labiales par exemple). La toxine botulique reste très utile en entretien pour la région fronto-orbitaire, ou pour maintenir le résultat du cou si réapparaissaient des cordes platysmales.

 

 

Après 60 ans

Pour les patientes qui n’ont pas bénéficier d’interventions de chirurgie de rajeunissement facial, il faut alors proposer un lifting du visage en insistant particulièrement sur la partie basse du visage, qui est habituellement la demande principale des patientes pour corriger les joues, les bajoues et la région cervicale. Il faut savoir qu’il vaut mieux ne pas trop attendre avant d’envisager un lifting, car lorsque les tissus sont vraiment trop relâchés, il faudrait réaliser deux liftings à un an d’intervalle pour obtenir le même résultat car l’excès tissulaire trop important peut entrainer un relâchement des tissus dans l’année postopératoire.

 

Même si la majorité des patientes se focalisent sur la région inférieure du visage, mais il faut savoir réaliser une analyse globale du visage, et bien souvent proposer une blépharoplastie associée de façon à ce que l’ensemble du visage soit plus harmonieux. En effet, c’est le caractère homogène qui rend au visage son harmonie, et évite de se retrouver dans des situations avec un mauvais rendu ou un aspect de « visage opéré ». Comme pour les visages plus jeunes, un complément par des injections d’acide hyaluronique et de toxine botulique est souvent utile pour parfaire le résultat ou traiter de petites rides non traitées par la chirurgie. Cela doit être fait avec beaucoup de subtilité pour maintenir l’harmonie et la cohérence du visage. 

A qui se confier pour la réalisation des injections?


Ces dernières années, la Médecine esthétique a pris une place importante dans la gestion et la prévention du vieillissement facial et de nombreux praticiens ont été tentés de pratiquer ces injections, attirés par la nouveauté, l’efficacité, et la facilité relative de cette approche. Certains ont cru bon de dénigrer la chirurgie du rajeunissement facial, pour tenter de développer davantage leur activité de Médecine esthétique, aboutissant parfois aux « bouffies » que l’on peut croiser dans certaines soirées, ou certains congrès de Médecine esthétique, et qui font beaucoup de tort à l’image de notre spécialité. Il est important de replacer Médecine Esthétique et Chirurgie Esthétique, chacune à leur bonne place, comme les plateaux d’une balance qui voudrait tendre vers l’équilibre. Le Chirurgien Plasticien est le mieux placé et le plus habilité à trouver le bon équilibre entre Chirurgie Esthétique et médecine Esthétique. De plus, la maitrise de l’anatomie du visage lui permet de réaliser les injections avec le plus de précision et d’efficacité possibles. Si vous pouvez facilement vous faire pratiquer les injections par un Chirurgien Plasticien, c’est probablement le meilleur choix.

 

Référence
Le renouveau des liftings cervico-faciaux
Sous la direction de Delay E.
Paris: Elsevier, 2017 : 253.