Seins volumineux chez l’homme: Cure de gynécomastie

L’homme a naturellement des seins mais dont le volume ne s’est pas développé. Le développement du volume mammaire chez l’homme s’appelle, en terme médical, gynécomastie. Cette affection est fréquente et peut atteindre soit un sein, soit les deux. Bien que certains médicaments et certains problèmes médicaux puissent être responsables du développement des seins masculins, il n’y a habituellement pas de cause connue dans la majorité des cas de gynécomastie (développement sans cause ou idiopathique).
Pour les hommes qui sont gênés par ce développement mammaire, une chirurgie de réduction peut les aider. L’intervention consiste à enlever de la graisse et/ou du tissu glandulaire des seins et, dans certain cas extrêmes, à enlever l’excès cutané résultant d’un développement très important de la glande mammaire.
Avant d’envisager une intervention chirurgicale, le patient devra bénéficier d’un bilan approprié prescrit et analysé par le médecin traitant ou le médecin endocrinologue qui adresse le patient au chirurgien plasticien. Ce bilan comprend un bilan hormonal (dosages des hormones féminines et de la prolactine) et mammographique. Le plus souvent, on ne trouve pas la cause de cette gynécomastie ; si le patient est gêné, seule une intervention chirurgicale peut corriger ce problème. L’intervention de cure de gynécomastie peut être pratiquée sur une personne en bonne santé, émotionnellement stable, sans limite d’âge. Les meilleurs candidats pour cette chirurgie sont les patients ayant une peau élastique et ferme qui pourra se redraper facilement sur le thorax. La chirurgie devra être repoussée pour les hommes obèses ou en surpoids qui devront d’abord tenter de corriger ce problème par un traitement nutritionnel, la reprise d’exercice et une prise en charge éventuellement psychologique.
Dans l’intervention type, une incision est réalisée au bord de l’aréole. En travaillant par cette incision, le chirurgien peut enlever l’excès de tissu glandulaire, de graisse et éventuellement de peau autour de l’aréole. Dans les cas de gynécomastie très volumineuse, certaines réductions majeures peuvent nécessiter une incision plus longue pouvant conduire à des cicatrices plus visibles. En cas de gynécomastie à prédominance graisseuse (adipomastie), l’excision peut parfois se faire par liposuccion isolée, ce qui permet de diminuer la rançon cicatricielle.
L’amélioration est souvent nette et immédiate. Elle apporte un confort physique (habillement) et surtout psychologique en permettant au patient de faire disparaître le relief mammaire parfois vécu comme une ombre à sa virilité.
Les cicatrices sont plus ou moins discrètes en fonction de l’importance de la gynécomastie initiale et de facteurs individuels de cicatrisation.
Type d’anesthésie : anesthésie générale
Durée de l’hospitalisation : 2 à 3 jours

Actualités